Henri Matisse (1869-1954)

Henri-Émile-Benoît Matisse, né en 1869 au Cateau-Cambrésis et mort en 1954 à Nice, est un peintre, dessinateur, graveur et sculpteur français.

Il découvre le dessin à 20 ans grâce à un ami peintre amateur, Léon Bouvier, alors qu’il est alité suite à une crise d’appendicite. En parallèle de ses études de clerc de notaire, il suit les cours de l’école Quentin-de-La Tour destinée aux dessinateurs en textile de l’industrie locale, puis se rend à Paris et s’inscrit en 1892 à l’École des Arts décoratifs où il rencontre Albert Marquet, puis en 1895 à l’École des beaux-arts dans l’atelier de Gustave Moreau.

Ses années parisiennes inaugurent ses premières expositions, ainsi que sa découverte de l’impressionnisme en 1897 au Musée du Luxembourg, de TurnerCézanneGauguinVan Gogh, et de sa rencontre avec Auguste Rodin et Camille Pissarro, Gertrud Stein… Il est alors un peintre classique de natures mortes réalistes aux textures amples. Pour gagner sa vie, il travaille avec Marquet pour les décorateurs de théâtre.

À partir de 1900, il travaille la sculpture et le modelage. En 1904, après sa rencontre avec Signac, il peint Luxe, calme et volupté, qui ne le satisfait pas et re-conditionne sa manière de peindre, par « aplats« . En 1905, il expose au Salon d’Automne aux côtés de MarquetVlaminck, Derain et Kees van Dongen. Avec son tableau, La Femme au chapeau,  dont les couleurs pures et violentes font scandale, il  s’impose comme chef de file d’une nouvelle école avant-garde : le fauvisme. Cette période marque la reconnaissance de son travail. En 1909, le collectionneur russe Chtchoukine lui commande deux compositions, La Danse et La Musique.

Il effectue par la suite divers voyages (au Maroc en 1912-1913), qui enrichissent son œuvre. Non mobilisé pendant la guerre, il vit à Collioure, puis s’installe à Nice, où jusqu’à la fin des années 20, il travaille presque exclusivement sur le thème du corps féminin. En 1930, la recherche d’une autre lumière le conduit à Tahiti, expérience qu’il intégrera dans sa pratique picturale, à travers les gouaches découpées. Ce nouveau procédé donne naissance à ses ultimes chefs-d’œuvre dont Jazz en 1947, La Tristesse du roi, 1952, ou les projets pour la Chapelle de Vence entre 1948 et 1951.

-> voir la biographie du Centre Pompidou 

-> voir l’exposition : Icônes de l’art moderne. La collection Chtoukine, Fondation Louis Vuitton (22/10/16 au 05/03/17)

-> voir nos affiches

Henri Matisse : affiche lithographie originale, 1970,- 118 x 155 cm – 46 1/2 x 59 in

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s